De la misère en milieu enseignant

L’Education Nationale génère, elle aussi, des drames qui n’ont rien d’anecdotiques. Dans cette « lettre ouverte » publiée dans Politis, les enseignants d’un collège de Toulouse montre combien l’Institution scolaire fabrique un cocktail létal pour son personnel. Loin d’être un cas isolé, le suicide de ce jeune enseignant stagiaire doit alerter sur les conditions de travail des personnels de l’Education Nationale, sur les moyens mis à disposition pour « faire bien » son travail, et surtout sur l’aveuglement coupable des responsables de la grande maison. Argumenter sur la soi-disant fragilité des personnes est bien plus qu’un leurre mensonger, c’est la marque d’un processus de banalité du mal qui avance à grand pas.

« TÉMOIGNAGE. Suite au suicide d’un de leurs collègues stagiaires, des enseignants du collège Hubertine Auclert de Toulouse ont écrit une « lettre ouverte » glaçante. » (lire la suite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *